Fête monstrueuse

Pas besoin de brune, quand on a de la beuh,

Pas besoin de thune, quand on a du feu.

J’ aspire la fumée et je me rappelle,

Comme on s’ éclatait, oui l’ équipe était belle.

Passe moi la granule, j’ effrite la pendule,

C’ est pas un secret que je suis un taré.

Malbisch ou Camel, peu importe la plante,

Un petit goût de miel, la soirée est marrante.

Musique indienne et ambiance fête foraine,

Dans nos têtes malades, des sourires se promènent.

Mon allumette laisse échapper des étoiles.

Publicités

La fée noire

Frappé au coeur par une fée noire,

Je prends contacte Ô désespoir

En le vaudou,

Qui me poursuit tel un hibou.

Je cherche en moi le doux fracas,

Entre les rois et sortilèges,

Pardonnez-moi si dans le tas,

Je m’ adonne à tout sortilège.